dimanche 7 mars 2010

Maëster

MaësterC'est juste un petit témoignage de mon admiration.
Bon anniversaire, cher Maëster !

Maëster - Stylo bille sur papier, couleurs numériques
Maëster - Ballpoint pen on paper, digital colors

31 commentaires:

Chantal a dit…

Il est beau,un peu mentonneux,peut-être!!!! ;-)

Julieta a dit…

Hey, mais c'est Tarantino! Non? Blague à part, très belle caricature comme toujours, on le reconnait bien! Vivement la suite :)!

Jean-Marc Borot a dit…

Bizarrement, je trouve que ce dessin ressemble très peu à Marilyn Monroe...mais je m'égare.

BODARD a dit…

Maëster et Coquelet : deux de mes artistes préférés réunis en un seul dessin... que du bonheur !

Maëster a dit…

...


Je suis touché.

Très touché (un direct au menton). Aurais-je le front de vous demander la permission de placer ce dessin magnifique sur mon blogue (avec vos références, cela va sans dire) ?

Thierry a dit…

Chantal > Marlon Brando et Jean Dujardin ayant eu l'outrecuidance de vouloir s'immiscer dans ce dessin à chaque coup de crayon, il m'a semblé que ce menton volontaire était le meilleur moyen de les en chasser.

Jean-Marc Borot > De l'Est ou du Nord ?...

Bodard > On me voit très peu dans ce dessin, finalement. C'est presque aussi bien comme ça, d'ailleurs.

Maëster > C'est un grand honneur que tu (vous ?) me fais, là.

Charles DA COSTA a dit…

Superbe !
jaloux et admiratif !
merci cher Thierry.

galien a dit…

Ah oui superbe ! On reconnait très bien ce regard empreint de dignité !

Guillaume Néel a dit…

Excellent !!
Tu as superbien chopé son regard perçant et sa ligne Front-nez-lèvre, en plus de tous le reste.
Jaloux et admiratif !

Denis a dit…

Bravo, c'est très ressemblant (enfin, si j'en juge d'après les photos et videos que j'ai vu de Maester car je n'ai pas eu la chance de le rencontrer).
Le menton me semble un peu trop exagéré à mon goût mais après-tout, c'est de la caricature.
Encore Bravo pour ce "coup de maître".

Grand a dit…

Absolument balèze!
Ne nous mentons pas, quand l'admiration fusionne avec le talent, la perfection ne peut qu'apparaitre.

Nelson Santos a dit…

Definitely something Brando in there cést le Apocalypse!!! :)

Francky a dit…

Très beau "petit témoignage", c'est un beau cadeau que tu lui fais là. Pour info, mon anniversaire est au mois de septembre ;-))

FreZ a dit…

Géant ! Il est magnifique... (mais de quelle photo est-tu parti ? Stock personnel ?)
Je suis passé si vite hier, chez lui, que je n'ai même pas compris que c'était de son anniversaire qu'il s'agissait...

Il y a quelque chose d'encore différent dans cette œuvre-ci. Il est à la fois caricaturé et stylisé (dans le sourcil, le nez). Vraiment réussi...

Anonyme a dit…

Alors là, chapeau : connaissant le loustic d'assez près (salut frangin), je le trouve parfaitement saisi et restitué. Je suis scotché !!!
JihemB

Thierry a dit…

Charles > Merci Charles, mais tu n'as pas à en être jaloux : je me souviens très bien de ta version de Maëster tout droit sorti d'un western, et l'impression qu'elle a produit sur moi.

Galien > La contre-plongée participe sans doute beaucoup de cet auguste effet.

Guillaume > Il me semble que tu t'en étais bien sorti aussi.

Denis > Comme Chantal, tu as sans doute raison à propos du menton, mais il est difficile d'articuler cette caricature autour d'autres exagérations que celles dont Maëster lui-même fait si bien usage lorsqu'il se dessine.

Grand > Dans le cas présent (et c'est souvent le cas), l'admiration est bien plus grande que le talent que tu me prêtes. A ce propos, si ça ne te dérange pas trop, pourrais-tu me le prêter encore un peu ?

Nelson > I think Brando wanted to look like Maëster !

Francky > Sur le coup, je me suis tout de même demandé si c'était vraiment un cadeau que je lui faisais là.

FreZ > C'est une toute petite photo trouvée sur la toile, et heureusement assez bien contrastée, qui m'a servi de modèle. La stylisation vient de la nécessité d'exprimer en plus grand des détails que les dimensions de la photo ont malheureusement dégradé.

JihemB > Merci pour ce compliment !

Clair de Plume a dit…

Mais il est très beau, comme ça !

Jean-Marc Borot a dit…

Salut.
Voici quelques jours que je viens, de temps en temps, mirer ce dessin.
Il est très impressionnant. Techniquement TRES impressionnant. Et pourtant je vois en parcourant les commentaires que personne ne relève ce point.
C'est là toute l'ingratitude du travail d'illustration, et de caricature en particulier. Beaucoup se sont ébahis en admirant les rides et ridules de Beckett, ainsi que le mouvement de ses cheveux... et là finalement personne ne semble relever à quel point ce dessin tient de la performance. Je pense (enfin, je sais...) que techniquement, tous les contrastes et traits marqués ne sont pas si difficiles à réaliser en comparaison de toutes les légères nuances de gris avec lesquelles tu as su modeler le visage de Maester dans ce dessin.
Au stylo. C'est énorme.
Il fallait le dire. Et j'admire encore plus ton travail, tout en nuances et en délicatesse.

Mais par ailleurs, ça me fait penser que la qualité technique n'est pas nécessairement synonyme d'efficacité, via le regard du spectateur.
C'est un phénomène à propos duquel je m'interroge à chaque dessin.

Maëster a dit…

Voilà. J'ai encadré ce magnifique portrait sur mon blogue. Entouré d'une série d'autres (choisi)...

J'en profite pour rebondir sur le commentaire de l'ami Borot ; la technique de Coquelet est proprement ébouriffante (et je ne dis pas ça pour expliquer que je sois aussi ébouriffé sur son dessin). Même la vidéo de Tolstoï ne révèle pas ses secrets. Il y a du génie là-dedans, et j'ai beau frotter mon écran d'ordi, il ne m'apparaît pas pour exaucer trois voeux...

La qualité technique n'est pas toujours synonyme d'efficacité ; c'est Mulatier je crois qui expliquait un jour qu'une de ses caricatures terminées lui semblait moins ressemblante que le premier croquis...

Mais lorsque les deux se conjuguent, technique admirable et efficacité redoutable, on en reste pantois. Coquelet et Da Costa me laissent très très souvent pantois.

theb a dit…

Excellent ! Assurément la meilleure que j'ai vu.

Thierry a dit…

Clair de Plume > Si tu parles de Maëster lui-même, il en sera certainement flatté.

Jean-Marc Borot > Ton commentaire me touche vraiment beaucoup et me laisse presque sans voix... Une chose est certaine : je m'interroge comme toi au sujet de l'efficacité d'un dessin.
Mais reprenons dans l'ordre...
Que peu de personnes ne relèvent l'aspect technique ne me dérange pas plus que ça. Cela révèle peut-être que la technique parvient dans ce cas-là (mais pas toujours, malheureusement) à se fondre dans l'image, ce qui est plutôt positif. Plus laconiquement, je dirais que tant qu'un dessin ne sent pas la sueur, ça me va.
En fait, je ne me pose pas beaucoup de question d'ordre technique lorsque je dessine une caricature au stylo bille, probablement parce que je l'emploie comme outil de dessin depuis une bonne trentaine d'années, ceci expliquant peut-être cela.
Il en est de même pour le niveau de détails : il finit par s'imposer comme s'il allait de soi, mais je ne cherche pas consciemment à l'atteindre, en tout cas je ne fais aucun effort en ce sens. Au contraire, je cherche par ailleurs de plus en plus (sur d'autres projets, notamment) à m'en dégager afin d'atteindre l'essentiel, non pour aboutir à des caricatures schématiques mais pour ne pas perdre (à défaut de gagner) en spontanéité.
Pour cette raison (mais ce n'est pas la seule), il est très rare que je sois satisfait de mes dessins (ce que mes proches pourront attester). Et là, on rejoint l'idée d'efficacité. En ce sens, la réponse de Maëster est pertinente quand il cite le propos de Mulatier. Les dessins de Maëster, par exemple, conservent toujours la grâce et la spontanéité du geste, ce potentiel d'émotion qui les caractérise tous en plus de leur ressemblance bien plus frappante qu'ici avec leur modèle (il fait mouche sacrément vite), cette harmonie si particulière entre l'oeil, l'esprit et la main. C'est en quelque sorte ce que, dans l'absolu, nous rêvons tous d'atteindre un jour. Car, après tout, que demande-t-on à un portraitiste ou un caricaturiste ?... Que son travail soit ressemblant (y compris dans l'émotion qu'il inspire), plutôt que joli (au sens de la technique ou de l'habileté). La joliesse n'est qu'une option, un peu comme le toit ouvrant d'une voiture : c'est sympa, ça peut faire rêver les voisins du quartier, mais ce n'est pas ce qui la fait avancer. Pour ma part, j'ai l'impression d'être encore bien loin de cette efficacité que Maëster a pourtant la bienveillance de m'accorder.
Autour de moi, j'entends souvent qu'on préfère mes croquis à mes dessins plus poussés. Il m'appartient d'en tirer les conclusions qui s'imposent et, sans doute, de régler quelques comptes à mes scrupules.

Maëster > Merci infiniment d'avoir encadré cette caricature et l'avoir accrochée un peu partout dans ton nouveau chez-toi. C'est une attention qui me touche beaucoup. C'en est un peu intimidant, en fait (mais je me soigne).
J'ai beaucoup apprécié ta réponse à Jean-Marc Borot dont je me suis permis de développer quelques arguments à la lueur, quoique vacillante, de ma perception des choses.
Au-delà de la bienveillance de tes encouragements, ton avis et ton regard critique me sont toujours précieux.

Theb > Merci beaucoup !

Jean-Marc Borot a dit…

C'est pas pour faire "cérémonie", type Césars ou Molières, mais je tiens à mon tour à vous remercier, maintenant, toi (Thierry) et Maester : ce qui se passe là, maintenant, sur les commentaires de ce blog, c'est exactement ce que j'espérais voir voici trois ans, lorsque j'ai commencé le mien, à savoir une vraie plateforme d'échanges, même s'ils demeurent virtuels. Je croyais näivement que cela serait souvent le cas, mais c'est malheureusement bien trop rare.
Donc je savoure.

FreZ a dit…

Tes dernières réponses, Thierry, confirment un diagnostique que j'avais déjà posé sur ton cas. Tu es atteint de modestite aigüe (et c'est grave) :)
Rester l'esprit ouvert, curieux des autres, avide de faire évoluer son travail tout en demeurant humble devant la route qui s'ouvre sous ses pas est, certes, une énorme qualité; mais, en se retournant sur son parcourt, savoir évaluer le chemin déjà parcouru en est une autre qui n'est pas antinomique de la première.
J'espère seulement que les compliments que tu reçois régulièrement ici auront un jour les vertus médicinales suffisantes pour t'en guérir (ou du moins en atténuer les effets) :)

Faboun'e a dit…

Je n'en rajoute pas plus que les precedents commentaires..
Ce serais trop long a lire pour finalement dire la meme chose...
Je suis les yeux grands ouverts devant cette réalisation...
Chapeau !

eric a dit…

Splendide !
dans mon enfance je passais beaucoup de temps dans le musée de Monsieur David d'Angers !
je vais maintenant passer beaucoup de temps sur votre blog Monsieur Thierry d'Angers !
portraitistes de génie tous les deux !
vos oeuvres sont sublimes et je remercie Maître Maester de m'avoir fait découvrir votre talent !

Maëster a dit…

Rebondissons encore, cette fois sur ta réponse, cher Thierry...

Sache, et je crois que c'est un trait commun à beaucoup d'entre nous (car nous avons des traits communs, finalement), qu'à l'instar de celui qui voit la paille dans le nez du voisin et pas la poudre qu'il a dans le sien, on ne voit souvent que les qualités du travail des autres et que les défauts du nôtre.

Comme toi, comme beaucoup d'autres je pense, je suis rarement satisfait de mon propre travail, toujours cherchant le degré supérieur, toujours conscient de n'y arriver que si peu, toujours percevant chez les autres une audace, une spontanéité, une vigueur ou une justesse que je ne me reconnais pas forcément.

Orgueil sans doute, exigence sûrement, c'est certainement ce qui fait, aussi, que je continue à dessiner, ne m'estimant jamais arrivé.

Je me nourris d'être envieux et admiratif de ton travail, de celui d'un certain nombre d'autres ici présents ou ailleurs, je nourris mon exigence et mon inspiration en ne trouvant bien souvent que chez les autres ce que je cherche chez moi.

Et c'est bien ainsi.

Sachez aussi, vous, nombreux dessineux qui traînez par ici, que mon appétit est insatiable et que je me nourris énormément des vibrations que je ressens dans le trait de l'un ou de l'autre, dans cet amour du trait que je sens chez chacun.

Et de cela je vous remercie profondément.

Maëster a dit…

Passé ce moment d'égarement, une seule chose à ajouter :

QU'EST-CE TU FOUS ???

ON ATTEND DE NOUVEAUX DESSINS (pour baver) !...

yal a dit…

C'est super..
on reconnaît parfaitement l'animal ( regard efficace aussi !)
C'est vrai que le crayon bille manié avec cette douceur,allié à une bonne recherche de la caricature donne beaucoup d'âme à tes dessins..!

Il y a d'autres (rares) usagers du stylo qui peuvent rivaliser avec ta technique( il faut que je les retrouve..particulierement un tres jeune malgache primé par " Pratique des arts" pour ses portraits tout à fait incroyables pour leur côté "vivant" )
Mais j'avoue que c'est ta capacité à synthetiser ce qui fait mouche qui est bien le plus délicat, et que tu maîtrises impeccablement.

Le com' de Maester sur cette soif d'amelioration dans la spontanéité est tout à fait en accord avec ce que je pense..Et je crois que l'on recherche tous un peu le trait optimum qui donnera cette vie au dessin que tout artiste recherche, en la frisant parfois, mais sans jamais l'atteindre(!)
Bonne suite!

Thierry a dit…

Jean-Marc Borot > Le format d'un blog est sans doute un peu étroit pour espérer en faire une véritable plate-forme d'échanges digne de ce nom (un forum serait plus adéquat), mais le constat est que nous nous posons des questions similaires. Les médecins, et bien d'autres, organisent des congrès, des colloques, des conférences pour faire le point sur l'avancement de la recherche ou l'état de leur profession : peut-être devrions-nous faire de même...

FreZ > Merci Docteur. Le traitement peut s'avérer long, mais un compliment ou une critique constructive est à chaque fois un morceau de sucre qui aide la médecine à couler.

Faboun'e > Merci.

Éric > Nous nous sommes peut-être croisés rue Toussaint... David d'Angers était en son temps un fameux portraitiste, et ses bustes (mais pas qu'eux) me fascinent toujours autant. Il ne faudrait toutefois pas m'infliger d'avides dangers à travers une si audacieuse comparaison avec lui (parce qu'en plus, c'était un fameux dessinateur).

Maëster > Ton rebond (je ne nous imaginais pas si caoutchouteux !) s'achève en un salutaire coup de pied aux fesses.
Et, pour répondre à ton dernier commentaire, j'ai été et suis encore bien occupé actuellement. Le constat qui s'impose et me désespère est que, si à cette saison nous gagnons des minutes d'ensoleillement, les journées, elles, ne font toujours que vingt-quatre heures.

Yal > Ce commentaire de la part d'un dessinateur et aquarelliste tel que toi me touche sincèrement.

charlieM a dit…

Ca faisait un moment que je ne t'avais pas visite et ce portrait de Maester est proprement sublime.Et comme d'habitude, me vient toujours ce mot "magie", comme un tour de passe-passe que je n'arrive pas a saisir et suis heureux de ne pas saisir quant a tes dessins: je suis vraiment baba de cette ... performance technique, et artistique, bien que cela aille au-dela de cela, je crois et je trouve dans les commentaires exactement les mots pour decrire ce que j'admire le plus, et surtout ce que j'aime le plus dans tes dessins (meme apres avoir moi aussi vu et revu ta video sur Tolstoi, la magie reste complete, quoi que tu dises du temps passe dessus): il y a une vraie spontaneite fraiche et evidente qui s'impose toute seule dans les traits de tes personnages: le shading de la peau de Maester, le Cary Grant qui m'a laisse pantois, toujours pour ce meme subtil procede de de tissage de traits (au bic en plus ) de la peau, comme une parfaite toile d'araignee aussi finement ouvragee... Et surtout, SURTOUT oui...A aucun moment , on ne sent la sueur dans ton travail, le cote laborieux, le cote..maldaroit du laborieux, je t'imagine limite gribouiller en pensant a autre chose sur un coin de table et en 5 minutes, un portraits s'est mysterieusement materialise sur le papier. Autant dire, que j'ai ete ravi de lire les commentaires qui ont suivi, car a priori nous sommes plusieurs a etre partcilulierement sensible a cela...dont toi.:)
Et tu as ce talent, ce talent-la qui est sans doute le plus difficle au monde a gerer, car il est effectivement ingrat, personne ne lit les heures de travail, la discipline, l'endurance, et l'entetement et au final l'achevement d'un dessin... et en meme temps c'est la plus belle des recompenses, tu gardes ce cote "magique" , et mysterieux, sans que personne n'arrive a trouver ton truc, tes dessins traduisent juste la beaute, juste l'energie, l'intention, l'effleurement du stylo. C'est rare.
Un dessinateur -prestidigitateur ou plutot un vrai magicien qui connait le language du papier pour y faire "apparaitre" des visages.:)
Merci pour cela, Thierry.
(la derniere fois que j'ai ete aussi touche par cette habilite-la, c'est en decouvrant Craig Mullis et Alberto Mielgo, et oui...:) )

Lunaba a dit…

un menton qui invite à s'élever ^^
*trait d'esprit* certain :)