mercredi 28 avril 2010

Edgar Allan Poe

Edgar Allan PoeAvant de s'entendre dire "voilà, le conte est bon", le très fin et audacieux calculateur Edgar se vrillait souvent les méninges. C'était donc ça le Poe tors ose.

Edgar Allan Poe - Stylo bille sur papier
Edgar Allan Poe - Ballpoint pen on paper

23 commentaires:

Stephan a dit…

Encore une caricature qui me laisse sans voix. Et quelque chose me dit que les commentaires vont regorger de jeux de mots. Je ne comprends toujours pas que vos dessins ne soit pas encore publiés ou exposés. Je renouvelle encore une fois toute mon admiration pour votre travail.

theb a dit…

Encore un travail qui me fout par terre ! As-tu vu le portrait réalisé au lavis par le camarade Seiler ?

Larkéo a dit…

j'entends d'ici son accent anglais tellement ce portrait est saisissant de vérité. On sent bien qu'il ne trouvait pas le thé à son goût ce jour là en posant : "Hammm, Thierry, your tea is really, hammm... very...hammmm...hot ?"

cali rezo a dit…

ce regard, ce regard !
bravo une nouvelle fois (:

FreZ a dit…

(Histoire de zan)
Edgar, 4 fois 10 ans
A Lannemezan
Posant

Hier soir, je ne trouvais rien d'autre à dire que de m'extasier béatement (comme à mon habitude) sur cette nouvelle réalisation. Ce matin, je me suis un peu creusé la cervelle :)

Autre idée, quand je le regarde : ce héros au sourire si doux... :)

Bon, cela dit, et malgré le plaisir sans cesse renouvelé à contempler tes caricatures, tu n'avais pas prévu de nous montrer ici d'autres facettes de ton tallent ? ;) (ce n'est pas que je veuille moins de caricatures, c'est que je suis gourmand d'autres choses EN PLUS :))

Francky a dit…

Wahou, cette caricature est extraordinaire, (comme ses histoires) la déformation, le regard, la petite moue, Bref... du grand Coquelet qui me donne la chair de poule (hum..pardon). Super boulot.

Jean-Marc Borot a dit…

Ouh lala !
Cui là il fait très mal.
J'essaie de comprendre comment t'as réussi à faire le modelé du menton (de SON coté droit) et à restituer le globe des yeux.
C'est dingue.
Inouï.
Prodigieux.

D'une certaine façon cette caricature a été vue plein de fois, mais ta version va pousser vers la sortie toutes celles qui l'ont précédé.

Guillaume Néel a dit…

Inutile de tourner autour, le tiens est juste énorme.
Ta déformation et tes volumes sont si francs et si subtils.
Son regard est si perçant.
Tu dois tenir ton pilot avec un gant de velours, pour atteindre ce résultat là.

Charles DA COSTA a dit…

magique !
J'adore l'intensité que tu a très bien capter dans son regard,c'est même envoutant,tu ne t'égare jamais et encore une fois tu le prouve, cha poe bas mon ami.

BODARD a dit…

Bravo Thierry !

Juste un petit mot à propos du commentaire de Stephan ci-dessus : qu'est-ce que cela changerait si ces dessins étaient exposés ou publiés ??!! L'important est qu'ils existent, que l'auteur se fasse plaisir et nous fasse plaisir. Cela me rappelle une remarque que l'on m'avait faite : "je ne comprends pas que vous ne soyez pas plus connu". Dans les deux cas, cela ne change rien à la qualité des dessins. S'il fallait juger la qualité sur le nombre d'albums par exemple... On n'a pas toujours les mêmes valeurs... Et pourquoi pas mettre un écriteau "vu à la télé" ??!!!

Grand a dit…

... !!!
(et je pèse mes mots!)

Stéphanie a dit…

Huhuhu, les cernes !
Allons, une bonne nuit de sommeil et on n'en parle plus :)

Thierry a dit…

Stephan > Vos commentaires me touchent et sont comme autant d'encouragements. Néanmoins, pour que ces dessins soient publiés, il faudrait réunir plusieurs conditions. J'en vois au moins trois.
La première serait que je m'attache à des personnalités plus connues du grand public (Angelina Jolie ou Obama par exemple, ce que je ne souhaite pas forcément, du moins dans l'immédiat), plutôt que Poe, Beckett, Sand ou Colette, car m'est avis qu'aucun éditeur ne prendrait le moindre risque sur la trombine de ces derniers. Bien entendu, je ne demande qu'à me tromper.
La deuxième serait que la caricature bénéficie d'une présence et d'une visibilité plus grande dans les rayonnages ou les bacs des librairies. Depuis les années Pilote, la caricature n'a plus fait la couverture régulière d'aucun magazine ce qui a contribué à la rendre plus confidentielle malgré d'assez nombreuses manifestations autour d'elle. Là encore, je ne demande qu'à me tromper.
Enfin, la dernière condition serait que je commence au moins par solliciter des éditeurs. Et là, quand je constate la faune que nous formons sur le web, je me dis qu'il y a vraiment très peu d'élus pour tant d'appelés.

Theb > Je connais le lavis de Seiler qui n'est d'ailleurs pas une caricature (voir ICI). Ma première esquisse d'Edgar Poe a précédé le lavis de Seiler de quelques semaines et, par la plus grande coïncidence, je voulais essayer d'en faire un lavis. Quand j'ai découvert le travail de Seiler, il va sans dire que je ne souhaitais plus voir mon projet interprété comme une caricature du sien.

Larkéo > Héhé ! Merci beaucoup.

Cali > On parle souvent du regard comme étant le miroir de l'âme. C'est particulièrement sensible sur la photo d'origine où le regard de Poe est à lui seul un témoignage sur ses conditions d'existence. Merci d'avoir souligné ce que je me suis attaché à restituer.

FreZ > J'ai retourné Ce héros au sourire si doux... de Hugo dans tous les sens, et j'enrage de ne pas trouver l'issue que tu donnes à ce vers qui m'intrigue...
Quant aux choses en plus, je vois de quoi tu veux parler : ça viendra bien un de ces jours. Tout vient d'ailleurs à point pour qui sait attendre, alors profitons de l'instant et ce dessin très Poe éthique : pour qui est sensible et ne manque donc pas de perception, c'est un Poe sur le rêve nu. Mais je m'Edgar (de l'Est).

Francky > Merci, cher Francky.

Jean-Marc > Concernant les yeux et le menton, tels que tu en parles, je n'ai fait qu'interpréter au mieux la photo utilisée pour la circonstance. La caricature elle-même étant assez petite*, il me semble que la réponse serait donc essentiellement technique, auquel cas je n'aurais guère de choses à t'apprendre sur les tourments et les bonheurs du tramage stylobillesque.
Je te remercie pour le compliment, cher ami.
(*) Au plus large du crâne, hors cheveux, la tête mesure 6.5 cm, tandis que de la pointe la plus basse du menton au sommet du crâne (cheveux inclus), elle fait 7.5 cm.

Guillaume > Quant au résultat, il n'est de Poe lisse que ce que les gens d'art me disent.

Charles > La recette de l'intensité serait d'étudier toutes les facettes du bonhomme par le menu. Partant de là, on pourrait poser le problème ainsi : faut-il toujours avoir des petits Poe hâchés soit pour le plaisir, soit par besoin ?

Stephan a dit…

Pour moi vos caricatures sont parfaites et méritent donc le meilleur. Ce n'est que mon avis et pour moi votre travail mérite le plus grand : c'est à dire une publication et une exposition. Et le fait que vous ne soyez pas encore édité n'enlève rien à votre immense talent (toujours pas compris la réaction un peu vive de Mr Bodard). J'ai vu beaucoup de caricatures dans ma vie et très peu de dessins respectent autant que les votres leurs modèles. Sebastien Krueger et Tulio Pericolli avaient été publiés avec des thématiques similaires et Charles, avec son album Rock N'Roll, a abordé des personnages inconnus du grand public. Effectivement la caricature en France n'a pas la place qu'elle mérite et manque cruellement de considération. Elle est trop souvent associée à Monmartre et aux dessins politiques. Il manque en effet un grand journal comme pilote pour lui redonner toutes ses lettres de noblesse. Selon moi vous êtes un grand artiste comme l'est également Charles et Mulatier.

Thierry a dit…

Bodard > Merci Christophe.
Les précisions apportées par Stephan correspondent à l'idée que je m'étais fait de son premier commentaire. J'aimerais d'ailleurs que son souhait d'édition et/ou d'exposition s'applique à beaucoup d'autres.
En parlant de cela, Stephan veut sans doute évoquer la visibilité qu'elles proposent au public (plus intéressante et confortable que les méandres des moteurs de recherches et des liens hypertextes). Une édition sur papier permet de montrer des versions de bien meilleure qualité de nos dessins que celle des images calibrées pour l'écran, tandis qu'une exposition permet d'apprécier les originaux et offrir une intimité plus grande avec l'auteur concerné. C'est ainsi que je comprends son propos. Il me semble que j'ai compris le tien également.
Certes, la qualité intrinsèque des dessins ne changerait pas quelque soit le média utilisé, mais il n'y a rien de contradictoire dans le fait d'utiliser plusieurs médias pour diffuser nos travaux, indépendamment du plaisir de les réaliser et de les partager. En cela, la notoriété est a priori moins une conséquence du moyen de diffusion utilisé (elle est de toute façon relative à ce média), que de la pertinence de ce qu'on montre.
Quant à juger la qualité d'un auteur suivant le nombre d'albums vendus, il me semble que ce serait un faux débat. Le nombre d'albums vendus détermine la popularité d'un auteur, mais pas la qualité de son travail selon l'idée intime qu'on se fait d'un travail de qualité. Bien qu'en formulant le problème différemment on puisse estimer qu'étant populaire, le travail de tel auteur serait de qualité (pris dans son ensemble), on sait très bien qu'à titre individuel la notion de qualité est sans doute très différente d'un lecteur à l'autre. Ainsi, il m'arrive de trouver inintéressante la production de certains auteurs populaires, alors que j'enrage de voir des auteurs talentueux (selon des critères personnels) ne pas trouver le public qu'ils méritent. On peut regretter que tel auteur ne vende pas assez (c'est un droit que j'utilise souvent), on ne peut en revanche reprocher à tel autre de vendre beaucoup (c'est un devoir moral). Dans ce cas, effectivement, je fais comme toi une distinction entre ces deux valeurs.
C'est là un survol vraiment très partiel (et non partial) de la réflexion qu'on pourrait mener sur ces différents sujets.

Grand Merci, cher Denis. Et je pèse mes mots aussi.

Stéphanie > Peut-être n'arrive-t-il justement pas à trouver le sommeil. Qui sait ?

Soluto a dit…

Votre force, cher Thierry, c'est que vous ressuscitez les morts quand tant d'autres assassinent d'un trait rigolard des vivants dont on ne saura plus rien demain. Je reste admiratif devant votre puissance d'expression... J'avais quelques réserves (il faut être courageux, ici, pour avoir des réserves, j'vous l'dis moi...) vis à vis de vos fonds colorés. Là vous tutoyez les anges... Bravo! Vous n'avez pas volé ma lettre (oui, je devrais dire mon post... mais c'est moins bon pour le jeu de mot...)
Dites, vous pourriez au moins solliciter les revues littéraires... Comment imaginer qu'elles ne s'intéressent pas à votre boulot?

BODARD a dit…

Merci, Thierry, tu as effectivement parfaitement compris et reformulé mon propos, qui n'est ni un sujet de débat ni polémique. Une simple remarque et un modeste témoignage d'un artisan-caricaturiste qui aime et admire les petits bijoux vus sur ce blog. Que le public souhaite voir publiées ou exposées les oeuvres de tel ou tel artiste, soit, et cela peut même être flatteur pour qui veut bien être flatté, mais il convient avant tout que l'artiste en émette le souhait et que tout cela entre dans une démarche cohérente, qu'il y ait un sens à tout cela. En ce qui me concerne je ne dessine - au départ - ni pour exposer ni pour éditer, ce n'est pas l'objet de ma démarche et je crois bien que nous sommes nombreux dans ce cas-là. Ce que je veux dire, en résumé, c'est que ce n'est pas un but en soi, et voilà pourquoi je suis trés vigilant à toutes les remarques allant dans ce sens et qui parfois confondent "montrer" et "se montrer" ("vendre" et "se vendre"...). Bien amicalement.

FreZ a dit…

Un Poe sur le rêve nu... :D Tu as raison, c'est la période.

Quant au vers d'Hugo, j'avais plutôt en tête ceci, en fait :
http://www.sceneario.com/bd_6642_GAI-LURON.html

Denis a dit…

Tout est dit, j'arrive un peu tard et je commence à manquer de superlatifs pour commenter ton travail, mais je n'en reste pas moins impressionné par ta technique.
Encore une fois, bravo.

Thierry a dit…

Soluto > Je doute que ces caricatures soient vraiment du goût des directeurs et rédacteurs en chef de revues littéraires, à moins que ce soit pour illustrer une chronique humoristique, par exemple. Cela dit, comme je n'ai rien fait pour tenter l'expérience, il m'est impossible d'être aussi affirmatif.

Bodard > On pourrait débattre des thèmes montrer et se montrer si tant est qu'en fin de compte ils ne forment probablement qu'une seule et même idée. Dans le cas contraire, la marge qui permet de les distinguer doit être particulièrement ténue. J'espère que nous aurons l'occasion d'en parler de vive voix.
Bien amicalement aussi.

FreZ > Bon sang mais c'est bien sûr ! Comment n'ai-je pas pensé plutôt à Gai Luron ?... Maintenant que tu le dis...

Denis > Je n'attends pas non plus que les latifs soient super pour apprécier ton passage ici. Merci cher Denis

charlieM a dit…

Superbe Poe Son regard a effectivement toute la gravite de sa vie aussi-courte et si dramatique fut-elle.
J'ai remarque que tu ne fais jamais dans la caricature grotesque, tu respectes a chaque fois le personnage avec tellement de finesse qu'on ne peut que s'interesser a lui, sa vie, sa biographie...J'ai lu tout Poe (dans ma jeunesse rebelle et sombre ) (ah lala), mais m'etait que tres peu documente sur la vie du monsieur, ce que j'ai fait aussitot apres l'avoir vu sous tes traits. Merci pour cela.:)

Lunaba a dit…

L'énigme frontale du mystère incarné :)

Dominic Philibert a dit…

Superbement magnifique!