mercredi 23 mars 2011

Elizabeth Taylor

Elizabeth TaylorDans les bras de Richard Burton, son berger de cœur, elle se faisait douce comme un agneau. C'est parce qu'elle est au pâtre, disait-on d'un air entendu.

Elizabeth Taylor - Stylo bille sur papier
Elizabeth Taylor - Ballpoint pen sur papier

Si ce n'est déjà fait, filez admirer la version superlative de Maëster.

15 commentaires:

David Duque a dit…

wow!! que aparente sencillez y que bella Thierry, una pena su muerte... saludos!!

AMBre a dit…

J'étais certaine de la voir apparaître ici ce matin.
Un hommage très doux pour cette belle mutine. Bravo Thierry.

BODARD a dit…

Magnifique ! Tout y est : l'expression, l'attitude, l'exagération, le style personnel. C'est vraiment intéressant de voir (d'admirer) tes croquis, ils ont cette force de l'inachevé, cette fièvre de la recherche et déjà cette lumière que tu sais si bien maîriser. Et puis, tu le sais, le choix du modèle importe aussi. Là, évidemment, tu tires en plein coeur... Touché, donc.

galien a dit…

Quel portrait émouvant et charmeur, c'est tout à fait elle, et on succombe à ce dessin splendide...

Maëster a dit…

Your Taylor is rich.

FreZ a dit…

C'est comme BB : on a plus envie de la dessiner ainsi qu'à la fin de sa vie...
Quelle beauté et quel talent ! (ces deux adjectifs pouvant s'appliquer autant à la dame qu'à ton dessin et toi-même)

Cali a dit…

les yeux violets, les yeux violets......

Saturnas a dit…

Et maître Capello ?!
Elle est encore plus belle sur ton dessin qu'en vrai... et quels yeux !

Guillaume Néel a dit…

Bien que ce n'est qu'une esquisse, elle a beaucoup de présence.
Tout tiens dans le regard et la posture que tu as si bien retranscris.
Bien vu le coup des yeux.

Francky a dit…

Quel regard !! l'attitude est superbe, il aurait été si facile de choisir de la caricaturer vieille, j'admire.

kyungjin a dit…

La star était lumineuse, votre dessin l'est tout autant. Une lumière somptueuse.

Anonyme a dit…

Vous êtes un tueur. L'actrice méritait hommage, voilà qui est fait. La vérité suinte de votre bille, autant que l'excès, de ma prose. Je n'en pense pourtant pas moins.

Achde a dit…

s'il fallait encore une preuve que caricaturiste rime avec artiste. Le choix de l'époque, le choix de l'inachevé en gardant l'essentiel; je me régale toujours autant à vous voir progresser vers la perfection.

Emma a dit…

Elle est magnifique , vous avez su la saisir, la coucher sur votre papier , toujours aussi belle , immortelle.
J'ai vu beaucoup de portraits et de caricatures d'elle ces derniers jours , mais c'est ici , qu'elle me séduit le plus.
Un grand bravo!:)

Thierry a dit…

David > Es una experiencia muy interesante de dibujar una cara de muñeca con una mirada que puede oscilar entre las brasas y el hielo.

AMBre > C'est un visage qui mériterait mieux, car une fois encore, hélas, je l'ai dessiné trop vite.

Bodard > Sous le stylo bille, l'ébauche très sommaire réalisée au crayon était pourtant plus ressemblante. Il faudrait maintenant que je parvienne à retirer l'encre...

Galien > Merci, cher Galien. En dépit de son incontestable beauté (c'est un avis personnel), je ne lui ai jamais vraiment trouvé de charme naturel, mais plutôt un certain pouvoir de persuasion.

Maëster > Tant quà parler de richesse, ta version de Liz, telle l'or, est une valeur sure.

FreZ > En effet, bien qu'il eut été facile de la représenter telle qu'elle apparaissait depuis les années 80, je la trouve beaucoup plus inspirante au cours de ses jeunes années. Le temps est ingrat avec les légendes vivantes ; Garbo et Dietrich qui vécurent cachées après le temps de la gloire l'avaient sans doute bien compris. Que dirait-on ajourd'hui de Marilyn Monroe si elle était encore de ce monde ?...

Cali > C'est surtout joli pour la légende. J'aurais tout de même été curieux de les voir en vrai...

Saturnas > À l'époque de la photo dont je me suis servi, l'alcool, le tabac, les médicaments et d'autres substances n'avaient pas encore abîmé son beau visage. Certes, le dessin est un hommage à l'actrice, mais restons raisonnables : il s'agit tout de même d'une caricature.

Guillaume > Sur bon nombre de photos de studio, Elizabeth Taylor semble exagérer le minaudage, comme pour compenser un physique poupin qui n'est en rien celui d'une femme fatale. Elle se donne des airs d'ensorceleuse, et elle en joue. Cela fait partie des détails qui, outre la ressemblance physique (insuffisante à mon goût dans ce dessin), sont intéressants à étudier.

Francky > Tu as parfaitement compris, toi aussi, que la facilité n'est pas ce qui est le plus intéressant d'explorer.

Kyungjin > J'attache autant d'importance que possible à la lumière. Mais il faut commencer par rendre hommage aux photographes de studio qui, par leur talent, savaient placer les corps et les visages dans la lumière. J'utilise volontiers l'imparfait car, de nos jours malheureusement, on trouve beaucoup de photos vite faites au flash qui ne respectent guère les modèles (lumière de face écrasant les visages, ombres dures, brillance exagérée de la peau...).

Anonyme > N'ayant pas l'âme d'un tueur, je vous assure que vous pouvez quitter le régime de l'anonymat en toute sécurité. Votre commentaire me touche beaucoup.

Achdé > ... Mais la pente est raide, comme disait un certain.

Emma > À mon avis, il serait possible de faire mieux car un visage comme celui-ci est exigeant, mais n'y voyez aucune vantardise. Votre bienveillance me touche.