dimanche 27 juin 2010

Simone Signoret

Simone SignoretÀ l'époque, sa voix un brin gouailleuse affichait volontiers des dedans verts dans de sombres histoires de macs à dames, où démêler l'écheveau des manèges qui se tramaient ne rendait pas la fille facile pour autant.
A suivre (probablement)...

Simone Signoret - Stylo bille sur papier
Simone Signoret - Ballpoint pen on paper

22 commentaires:

BODARD a dit…

Je ne pouvais imaginer il y a quelques mois encore, et au vu de tes créations d'alors, que tu pusses encore progresser. Et pourtant... Charlotte, Oscar, Simone... Mais jusqu'où t'arrêteras-tu ?

Poussinaute a dit…

Une telle beauté ne pouvait s'ignorer et ton talent ne s'affirme que montant.
Je suis calmée, là, Thierry, pfff !!!

Maëster a dit…

Je me résous avec un grand sourire et une certaine "allégresse" qu'à ce que dorénavant, tu me fasses tomber de ma chaise à chaque visite, j'en fais l'aveu.

Ton art est un diabolique remontant ; cet art met des ombres pour mieux irradier la lumière.

Denis a dit…

Superbe, une fois de plus. Le rendu de la lumière est particulièrement intéressant, de plus tu n'as pas choisi la facilité en dessinant une Simone Signoret jeune.

Francky a dit…

Pfff, de plus en plus fort, je pensais il y a qq temps que vu le niveau la marge de progression serait faible, ... et bien non ! J'ai l'impression de voir un portrait des studio Harcourt, j'en reste sans voix. Bravo !

Nelson Santos a dit…

Fantastique travail Thierry!

FreZ a dit…

A l'heure où mon casque dort, je vais le rejoindre pour rêver de cette chatte-là (me la mettre en tête à cette heure-ci est diabolique).

Et peut-être qu'après quelques heures de sommeil, je trouverai des mots intelligibles pour qualifier ce magnifique travail...

yal a dit…

Toujours cette etonnante faculté à caresser le papier à distance variable qui va du micron au demi-micron.
Et toujours cette rare faculté d'analyse ( le plus important !)

ça te fait maintenant une galerie de portraits tres fournie

Va falloir songer à nous sortir un facicule ( au minimum ) afin que je dépense mes sous de façon intelligente.

theb a dit…

Ouch ! Du regard un brin lascif à la chair de ces lèvres humides... cette irradiation de sensualité m'a littéralement scotché sur ma chaise. Tes portraits ont ceci de dérangeant qu'ils sont terriblement humain. Bravo mon cher !

Guillaume Néel a dit…

Je ne sais pas si Simone s'ignorait (parfois avec l'âge ou un fou rire), mais il est certain que l'on ne peut pas ignorer ton talent.
Toujours cette magnifique gestion de la lumière, des ombres floues et dures. Une déformation efficace et un regard très profond (le rendu d'ombre des cils est extrêmement bien vu).
Cette démarcation entre le blanc et le noir en fond apporte un plus graphique majeur à cette œuvre et pointe du doigt ton évolution encore en cours dans ton art. Ça présage encore du bon dans l'avenir.

Thierry a dit…

Bodard > Tant que progresser signifie avoir la volonté de chercher encore et toujours, nous serons d'accord sur le terme. Quoi qu'il en soit et de toute façon, le terminus sera le même pour chacun de nous, cher Christophe. Merci beaucoup.

Poussinaute > Entre montant et s'ignorer dans un si aimable commentaire, il serait dommage de glisser un rien qui fâche, comme une marrie ligne entre eux, par exemple. Je m'incline et te remercie.

Maëster > Dans le velours de tes mots qui m'habillent pour un bout de temps, il y a justement quelques références savoureuses à des périodes de l'actrice sur lesquelles je reviendrai un de ces jours.

Denis > Lors des premières études, le visage de Signoret était plus âgé. Les visages ridés m'étant plus faciles à cerner, si je puis dire, la curiosité m'a poussé à voir si celui que je venais d'esquisser, une fois rajeuni, pouvait tenir la route.

Francky > Ton commentaire rejoint celui de Christophe Bodard. A vrai dire, ce n'est pas en termes de progression que je formulerais les choses... Il y a des visages qui m'intéressent et des situations de dessin que je cherche à traverser : une fois qu'on entre dans le dessin, il faut en trouver l'issue et pour cela il faut avancer.
Face au célèbre studio auquel tu fais référence, et qui chausse très grand, je ne suis qu'un pasticheur à l'art court.

Nelson Santos > Merci beaucoup, cher Nelson.

FreZ > Couche-toi la tête orientée à l'est ou à l'ouest uniquement, puisque les idées diaboliques, aux pôles, mûrissent.

Yal > Cette bienveillance me touche mais, sincèrement, je n'en suis pas encore là.

Theb > Je n'imaginais pas que cela put être terrible, mais je le prends comme un compliment.

Guillaume > On cherche, on fouille, l'on trifouille a écrit Verlaine qui ne pensait vraiment pas si bien dire.

Grand a dit…

K.O oculaire!!!
...j'suis définitivement sonné. Profond respect, mon ami!

Jeff a dit…

Woaa, ces lèvres... Ces cils, cette expression, ces mèches, ces ombres... C'est hypnotisant, après la claque !

Jean-Marc Borot a dit…

C'est magnifique.
Avec cette fois, en plus, une "mention spéciale" pour la composition qui est vraiment sensationnelle.

Larkéo a dit…

Merci de nous rappeler que Simone avait été bellissime... Je ne la vois plus que vieille et bouffie avec sa voix râpeuse mais avec son immense talent...
Sur ce visage lisse que tu nous proposes il y a toute une vie en devenir, c'est ça que meextora dit ton dessin si subtil

Larkéo a dit…

meextora s'est glissé par erreur dans mon cmmentaire, dehors meextora !

Charles DA COSTA a dit…

Quel choc en voyant ta sublime Signoret et quelle claque,lorsque tu m'en avais parler au téléphone, je m'attendais a quelques chose de sublime venant de toi, mais a chaque fois c'est époustouflant, et je suis encore tomber de ma chaise, a la longue elle va finir par se casser...
Merci cher Thierry.

Thierry a dit…

Grand > Ce cas k.o. aurait donc été provoqué par un choc haut, là, dans l'oeil. Intéressant, cher Denis.

Jeff > Je n'avais pas envisagé d'aller jusqu'à la claque, mais tant qu'elle reste amicale...

Jean-Marc Borot > La composition n'est finalement guère différente de celle de la photo dont je me suis servi, si ce n'est qu'en ne terminant pas le dessin de la fourrure, en bas à gauche, un passage s'est ouvert pour permettre au blanc du papier de remonter jusqu'au visage, tournant ainsi dans le sens inverse de la masse de noir. Parfois, ça ne tient vraiment pas à grand chose...

Larkéo > Elle était fort jolie lorsqu'elle était jeune (c'est un avis personnel et, par conséquent, très subjectif) mais, bien que vieille et bouffie, Signoret a toujours conservé beaucoup d'allure. J'y viendrai d'ailleurs dans quelques temps. En attendant, je savoure l'idée d'une vie en devenir que tu as exprimée.

Charles > A propos de brusques déplacements dans l'espace, tu me fais justement penser que je ferais peut-être bien de calfeutrer la pièce où je travaille pour amortir l'uppercut qui m'attend quand tes projets sortiront.

Achde a dit…

une fois de plus technique et inventivité font bon ménage.une petite merveille de plus à épingler à votre tableau d'honneur. Mais à part ça: et Don Quichotte ?!

charlieM a dit…

Ce n'est pas humain de dessiner comme ca.:)
Quelle ombre et quelle lumiere!
Et je me joins a Monsieur Borot sur la composition particulierement bien inspiree qui fait que Simone semble bien vivante et prete a sortir du papier.
Ses yeux... on tombe litteralement dedans, l'ombre delicate des cils sur la joue, les levres, les cheveux en volutes!!!
Magnifique.

Thierry a dit…

Achdé > Don Quichotte continue son petit bonhomme de chemin...

CharlieM > C'est bien le travail soigné et sophistiqué de la lumière qui m'a séduit dans la photo dont je me suis servi, et auquel j'ai tenté de m'approcher par le dessin. Tes compliments me touchent beaucoup.

Lunaba a dit…

elle est sublime, et malgré les affres de la vieillesse, son regard a toujours gardé la flamme intacte de Casque d'Or :)