dimanche 23 octobre 2011

Catherine Deneuve

Catherine DeneuveQuoi Deneuve aujourd'hui, madame Catherine ?

Catherine Deneuve - Crayon sur papier, couleur numérique
Catherine Deneuve - Pencil on paper, digital color

16 commentaires:

Guillaume Néel a dit…

Ton agilité dans ce domaine n'a rien de neuve, car tu rimes avec maîtrise !

john a dit…

Brilliant work of a beautiful lady...

interNATCOcod'île a dit…

Réussie - juste un peu tristoune peut-être?! - cette caricature aux traits de notre Cathy sans rature : notre Perfect Lady qui Donne-Œuvre en Haute-Forme de Chef !!

cali rezo a dit…

Excellent ! C'est assez rare de la voir dessinée à son âge actuel et tu l'as fort bien réussie

FreZ a dit…

Oui, c'est tout à fait la Deneuve d'aujourd'hui. Well done, master.

galien a dit…

Tiens voilà un visage comme Cali Rezo le souligne rarement vu sous dessiné à cet âge.
Et pourtant, Catherine Deneuve ne perd rien de sa beauté, ni de sa classe au fil des ans.
Beau dessin, bel hommage !

francky a dit…

Le café était un peu fort sans doute mais la nervosité du trait n'enlève rien à la belle, Bravo!
née en 43, ça lui fait heu... Ah ouais, pas mal.

Ma Semaine En Image a dit…

J'aime bien ça, c'est spontané et plein de vie.

Achde a dit…

vous me redonnez l'envie de dessiner vous !!

BOD' a dit…

Superbe caricature actualisée où l'on voit que même ses lèvres sont deux neuves.

Thierry a dit…

Guillaume > En matière d'agilité, on en est tous là, je pense. Par exemple, passer de Mitchum à Deneuve, c'est un peu comme sauter du coq (laid ou pas) à l'âne (du moins à sa peau).

John > Thanks a lot. Your Nat King Cole is a very good work too.

InterNATCOcod'ile > Tristoune, voire un peu terne ? Pourtant, elle sourit, là, si, si... J'espère quand même être resté dans les limites du raisonnable car, certes, on peut trouver que le terne y est, mais trop ne serait pas convenable du tout.

Cali, FreZ > Sans doute céderai-je un jour à l'envie de la dessiner plus jeune, car son visage en vaut le détour.

Galien > Avec le temps, il arrive que la ressemblance de telle ou telle caricature avec son modèle s'efface inexorablement. Si celle-ci est à la hauteur de ton commentaire, encore faut-il qu'elle ne reste pas belle deux jours seulement. On verra ça dans quelques semaines, ou dans quelques mois...

Francky > La nervosité du trait est celle de l'enthousiasme d'une piste qu'on découvre et dont l'exploration devient soudainement ludique. Le dessin mériterait, en effet, d'être repris en douceur. J'essaierai de faire meilleure ligne la prochaine fois.

Ma Semaine En Image > Merci.

Achdé > J'espère surtout que l'envie ne vous avait pas quitté.

Bod' > Aussi tendues et pulpeuses que soient ses deux lèvres aujourd'hui (la paire, un peu, luit des chères bourres siliconées que Deneuve leur a offert), aussi inexpressif que devienne son visage, les artifices ne parviennent pas à altèrer la majesté naturelle de la reine Catherine.

Guillaume Néel a dit…

Tu fais fis des "Liaisons dangereuses", pour nous servir un florilège de calembourg et autres "à-peu-prés" pour "le Bon plaisir" de tous.
C'est le petit plus qui fait toute la différence.

Thierry a dit…

Guillaume > L'à-peu-près me va très bien, y compris en matière de dessin, puisque c'est toujours de là qu'on part.
Une autre partie de ton commentaire a involontairement suscité une interrogation : la caricature ne serait-elle pas le calembour du portrait ? Vaste sujet...

Tony Lewis a dit…

You capture the true essence of your subject.Inspiring !

AMBre a dit…

Que dire de plus après tout ça ?
J'ai focalisé les projecteurs sur ton travail dans le petit écran de mon blog. Respect !

Thierry a dit…

Tony > Thank you for your comment.

AMBre > Merci beaucoup !