lundi 21 mai 2012

Vladimir Nabokov

Vladimir Nabokov
Au moment de glisser le manuscrit de Lolita dans une enveloppe pour l'expédier à sa maison d'édition, Nabokov vient à douter de lui. Considérant une dernière fois le tas de feuillets, il se dit que si l'éditeur ne lui trouve ni qualité ni intérêt, alors, définitivement, ce tas n'est que lubrique.

Vladimir Nabokov - Crayon sur papier, couleur numérique
Vladimir Nabokov - Pencil on paper, digital color

8 commentaires:

Jean-Marc Borot a dit…

Wolala !
Encore une fois, une caricature sensationnelle.
Et que dire du jeu de mot.
Je sais pas où tu vas chercher tout ça...

♥AMBre a dit…

Vraiment très bon !
Bises, Thierry.

galien a dit…

Splendide approche... J'aime beaucoup la spontanéïté du trait, qui n'affronte pas une technique irréprochable : finis ou croquis, vos dessins sont toujours remarquables !

Khasis Lieb Caricature a dit…

Ahahah, toujours ces jeux de mots qui donnent une dimension nouvelle aux superbes images que tu nous montres!
j'aime bien ce côté crobard de cette fois!

Luciano araujo a dit…

bonjour ami thierry d'accord? ses œuvres sont grandes félicitations, mon nouveau lien, s'il vous plaît ajouter ....

cali rezo a dit…

splendide !

Chantal a dit…

Il a l'air bien dubitatif!!
J'ai lu aussi de lui ses essais sur la littérature qui sont excellents(il parlait fort bien d'auteurs français ou russes,entre autres!!)

guillaume néel a dit…

Le regard tombant et les plis du cou sont des petites pépite dans ce bijou. Bravo