samedi 7 février 2009

Brassens (3/3)

Je me suis fait tout petit (Brassens - Éd. Vents d'Ouest)Laurent Galmot (1), qui remontait sur Paris, s’était proposé de me servir de coursier, m’octroyant du même coup un précieux crédit d’heures supplémentaires pour achever les trois planches dans les meilleures conditions. Désormais, on n’attendait plus qu’elles pour le bouclage. Laurent les découvre, égal à lui-même, enthousiaste et chaleureux.
Pour fêter la sortie de l’album, en novembre, un cocktail avait été organisé à Paris par la maison d’éditions, dans un restaurant du Passage des Panoramas. Il y avait du monde, la plupart des auteurs du collectif dont j’ai pu faire la connaissance, ainsi que des proches de Brassens qui nous avaient fait l'honneur de soutenir notre petite entreprise d'illustration : Pierre Onténiente (2), inénarrable Gibraltar, et Mario Poletti (3), tous deux affables et diserts à souhait, avec lesquels j’ai passé la plus grande partie de la soirée. Le grand Georges avait des amis solides.
Un peu plus tard, il y a eu les séances de dédicaces, la rencontre avec le public des lecteurs, des curieux, une interview pour un magazine, elle-même relayée par des quotidiens, une abondante revue de presse, et quinze à vingt ans de présence dans les bacs des librairies...
Mais il serait impossible de clore cet épisode sans évoquer le souvenir de cette brunette d'une petite dizaine d'années qui, durant tout un après-midi, n'avait pas quitté de l'œil la table où je dédicaçais, et avait attendu que les libraires commencent à replier leur stand pour me tendre timidement un carnet et un crayon. Elle ne connaissait pas encore Brassens, mais elle aimait les histoires et, surtout, dessiner. Ce fut la plus belle dédicace de la journée. En quittant les organisateurs ce soir-là, Brassens m'avait rattrapé, tout goguenard.
Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée...

Brassens - Éd. Vents d'Ouest(1) Après avoir été directeur de collection chez Vents d'Ouest, Dargaud et Casterman, Laurent Galmot est aujourd'hui producteur de courts et longs métrages, ainsi que de documentaires (Brut Productions).
(2) Pierre Onténiente a été l’ami de Georges Brassens dès 1943, puis son secrétaire.
(3) Mario Poletti est l’auteur de plusieurs ouvrages fort intéressants sur Brassens : Brassens l’ami (éditions du Rocher, ISBN 2268040607) et Brassens me disait (Flammarion, ISBN 2080116355).

"Je me suis fait tout petit", in Brassens (album collectif), éditions Vents d'Ouest

9 commentaires:

Stéphanie a dit…

Une petite brunette, dis-tu..hm, hm... mais encore ? ;op

larkeo a dit…

déjà fini...

Thierry a dit…

Stéphanie > Tsss ! ;)
Larkéo > Patience...

Anonyme a dit…

je suis un gros consommateur de B.D. que j'empreinte essentiellement à la bibliothèque de Cholet. Si je trouve "Brassens" je ne manquerai pas de le sortir.

C'est trop fort !

Gérard M

Thierry a dit…

Gérard M > Les bibliothèques offrent en effet la meilleure opportunité de consulter l'album aujourd'hui avec, éventuellement, les bouquineries.

Le Vieux Paris d'Albert Robida a dit…

En tout cas, belle chute à cette histoire, qui commença et se termina sur une note de poupée ;-)

Catherine a dit…

Je suis allée voir sur le site de l'éditeur. Vous signez d'un autre nom ?

Thierry a dit…

Catherine > Je signe de mon nom, mais je doute qu'on puisse encore trouver trace de mon passage chez Vents d'Ouest, sauf parmi les trente-six noms, au total, qui figurent sur la quatrième de couverture des deux éditions. La bande-dessinée n'est encore pour moi qu'une activité épisodique.

Catherine a dit…

En effet, je n'ai vu votre nom nulle part.
Je vous demandais si vous connaissiez Nicolas Malfin qui dessine les BD "Golden city", c'est mon gendre et ç'aurait été amusant comme hasard blogoshérique.