samedi 14 novembre 2009

Franz Kafka

Franz KafkaIl y avait juste, au fond, comme une envie pressante de faire Kafka.

Franz Kafka - Stylo bille sur papier, couleur et réhauts numériques
Franz Kafka - Ballpoint pen on paper, digital color and highlight

14 commentaires:

Saturnas a dit…

Hein ?

Grâce à tes caricatures, je découvre les visages des personnalités dont je ne connaissais que le nom et l'œuvre, je vais finir par me demander si ces gens ont tous l'air aussi tarabiscotés...en vrai !

Grand a dit…

Faire Kafka directement sur du papier et l'exposer au yeux de tous, c'est culotté! On sent un léger vent de provoc (si j'puis dire).
S'il était encore en vie, t'aurais-t-il plus foutu un "Procés" pour avoir osé cette "Métamorphose" faciale ou pour ton jeu de mot qui intronise cette franz-ement bath caricature?

...Qu'importe, j'admire les deux !

Guillaume Néel a dit…

Tu fais donc parti du club des Jeanjean qui joue avec les matières (dixit Bénuro).
Et bien, moi je dis qu'il faut continuer car le résultat est loin d'être scatologique, il est plutôt formidable.

Stéphanie a dit…

je vois que tu aimes toujours autant ce genre de conversation ;op

Clair de Plume a dit…

Il faut inciter les plus jeunes à lire Kafka.
Enseigné dès le lycée, il métamorphose les cancres las.

Achdé a dit…

Comment un type avec ce physique là a-t-il pu écrire ses trucs pareils ?! Jolies oreilles au demeurant.

FreZ a dit…

:D
Un grand ami des animaux, qui a aimé les chats tôt autant que les cafards tard.
Enfin, comme disait les vieux, mets ta morphose aux pieds de ton lit avant de t'endormir et, au matin, tout aura changé...

Denis a dit…

Toujours aussi impressionnant ta technique du stylo bille sur papier.
Même si les formats ne sont pas très grands, je reste convaincu que tu devrais les mettre sous verre et faire une expo : ce serait très intéressant de pouvoir les voir "en vrai"...

Francky a dit…

Et bien, il est vraiment bien "torché" votre Kafka.

dieudeschats a dit…

Le regard est vraiment prenant...

Chantal a dit…

Tu as je crois très bien caricaturé ce chantre de l'absurde!!

BODARD a dit…

Superbe travail. J'aime beaucoup la forme générale du visage, le bout de l'oreille droite que l'on aperçoit et qui donne du volume à l'ensemble. J'aime aussi le col, la cravate et la veste qui sont aussi caricaturés, et ça c'est fort ! Bravo donc, ta gueulerie d'écrivains s'agrandit pour notre plus grand plaisir !

Thierry a dit…

Saturnas > En vrai, on a tous un physique plus ou moins compliqué, mais pas forcément au même endroit. Et je ne parle que la surface, car ce qui se passe à l'intérieur l'est souvent bien plus.

Grand, Guillaume > Ne cherchons pas à faire d'un (même pas) bon mot ce cadeau logique à vos yeux. En la matière, prenez garde surtout à ne pas mettre le pied dedans : c'est sans fond. Par ailleurs, merci de vos encouragements !

Stéphanie > Un mot sans doute, une conversation surement pas. Je sais me tenir.

Clair de Plume > Héhé ! Je suis absolument d'accord avec toi. Et merci pour cette belle leçon d'humour et de finesse d'esprit.

Achdé > Si le monde se divisait en deux catégories, il y aurait peut-être d'un côté les ogres et de l'autre les purs esprits ; les ventrus et les cérébraux ; la bonne chère, et les effluves ; les bons vivants et les tourmentés. D'une part, les Balzac, Hugo, Dumas, et de l'autre les Kafka, Poe, Baudelaire, Mauriac... Certes, le classement est simpliste car les catégories s'entrecroisent allègrement (c'est d'ailleurs cette complexité-là qui m'intéresse), mais j'y suis plus sensible qu'au pincipe de gueule de l'emploi.

FreZ > C'est un peu pour ça qu'au matin de poster ce dessin j'en ai changé la couleur de fond, intialement verte, lui préférant un gris-bleu de plomb. En effet, je trouve que le vert mine.

Denis > Comme les précédentes, et probablement celles qui viendront ensuite, cette caricature est un point de départ et non une fin en soi. Il m'est toujours difficile d'imaginer mes dessins accrochés à un mur.

Francky > D'autres ont même coulé un bronze en son honneur (ICI).

Dieudeschats > Son regard l'est surtout devenu quelques années plus tard, du moins sur les photos qui semblent avoir été prises lorsque la tuberculose qui l'a emporté a été diagnostiquée.

Chantal > L'absurde requiert un certain talent, pour ne pas dire un talent certain. Beaucoup voient dans l'œuvre de Kafka une sorte de prémonition du nazisme. Où la marge entre l'absurde et le cauchemar peut être parfois particulièrement ténue.

Bodard > Le choix se porte sur les gens de lettres sans écrits vains de préférence.

theb a dit…

Si le résultat est à la hauteur de l'envie, il était grand temps de s'y mettre...