dimanche 6 juin 2010

Charlotte Rampling

Charlotte RamplingLà, chère, de l'or qui, dès l'aube s'écoule de vos pores (tiède ennui), et déplaît aux laides dames nées dans la comédie mondaine ; de cet or, dis-je, vous pourriez faire des lingots. Du fisc, en revanche, ne vous attendez pas à une taxe guimauve.

Charlotte Rampling - Stylo bille sur papier
Charlotte Rampling - Ballpoint pen on paper




La bande-annonce du film Les petits ruisseaux de l'ami Pascal Rabaté est visible ICI (avec Daniel Prévost, Bulle Ogier...). Sortie nationale le 23 juin prochain. Qu'on se le dise.

21 commentaires:

Ernesto Priego a dit…

J'observe beaucoup sur la définition de ses travaux, ils sont magnifiques

ardalia a dit…

Superbe !

Poussinaute a dit…

Envoûtante, distante et pourtant enveloppante... tu as réussi à marquer ton empreinte personnelle de manière sublime tout en préservant son mystère.
Je m'incline, mon cher Thierry !

Jeff a dit…

Tous ces admirateurs qui s'inclinent, ça va faire du boulot pour les ostéopathes. Plus prudent, je me contenterais de sauter de joie devant l'incroyable profondeur du regard. C'est hypnotisant ! Et votre traitement de la chevelure est de plus en plus sidérant. Bravo enfin pour l'accumulation de jeux de mots à terminer chez soi !

cali rezo a dit…

Quelle classe !
Et l'équilibre entre la lourdeur du regard et la finesse des sourcils/bouche/pommettes...
Wow.

Guillaume Néel a dit…

Regard grand et triste, visage anguleux sur un grand promontoire typique des femmes élancées, ta vision de la femme, ou de la dame devrais-je dire, sonne juste.
Comme cette actrice de renom, tu maitrise ta technique de A à Z avec assurance, Thierry.
Tu es un des rares caricaturistes qui croque les femmes avec autant de sensibilité. Félicitations.

BODARD a dit…

Ah! le regard de Charlotte ! Inquiétant et envoûtant à la fois. Parfaitement restitué dans cette sublime (forcément sublime) caricature. Chapeau bas, Thierry.

Grand a dit…

Magnifiquement balèze.
Son regard auquel il m'est difficile de décrocher, me fait sombrer dans le silence, l'admiration et le respect pour la justesse de tes déformations et ton travail d'orfèvre.

(et cette chevelure à de quoi faire baver tout les fabriquants de shampooin !)

theb a dit…

Je me tais et j'admire.

FreZ a dit…

J'ai trouvé ! Notre président est un bouffeur de patates. Et il ignorait que la charlotte rend bling(bling)... :)

(je parle étalé par terre, renversé par le regard de la dame)

Denis a dit…

Superbe ! Comme d'habitude, mais celle-ci fait partie des plus réussies. Le regard est vraiment bien rendu, et les cheveux plus vrais que nature.

Francky a dit…

Pffiu, que dire ? Le poids des mots le choc du dessin, j'en suis tout ébouriffé contrairement à ta charlotte qui a une chevelure impressionnante. Mais comment fais-tu ? 'Comprends pas ? 'comprends rien.

Thierry a dit…

Ernesto > Merci beaucoup, et bienvenue ici.

Ardalia > Peut-être parliez-vous de la dame, et vous auriez pleinement raison. Merci, Ardalia.

Poussinaute > D'un seul regard, elle peut exprimer une fêlure ou un venin, mais cette part de mystère est sans doute ce qui m'a le plus séduit en elle lorsque j'ai entrepris de la dessiner.

Jeff > En bondissant ainsi, prenez garde que le sol ne soit pas mouvant : vous finiriez Sous le sable.

Cali > Cet équilibre est ce qu'il y a le plus difficile à trouver. J'y suis presque, là.

Guillaume, Bodard > Il n'est pas de regard standard, et celui de Charlotte Rampling est vraiment très particulier. Sublime, pénétrant et particulier. Je m'y baignais il y a peu encore.

Grand > Cette chevelure, c'est parce qu'elle le vaut bien, non ?

Theb > Je vais essayer d'écrire moins fort, alors, pour ne pas te déranger.

FreZ > Si tu la trouves à ton goût, peut-on dire que c'est une Charlotte à la FreZ ?

Denis > Par endroits, les cheveux sont encore un peu épais, je le crin.

Francky > Comment te dire ? À un moment j'ai eu un crayon entre les doigts, ensuite je ne me souviens plus de rien. Moi aussi cheveux bien comprendre...

Charles DA COSTA a dit…

Toujours aussi époustouflant !
J'admire !!!

Anonyme a dit…

C'EST UN GENIE, IL EST PLUS QUE TEMPS QUE CELA SE SACHE, AU DELA DU BLOG,AU DELA DES OCEANS...

Valérie

Thierry a dit…

Charles > Elle pousse tout flan, cette Charlotte ? Ça doit rester un peu sur l'estomac, non ?
Merci, mon ami.

Valérie > Pourquoi écris-tu si fort, chère Valérie ? C'est gentil de ta part, mais tu vas nous faire remarquer... (et soigne ton rhume).

Damion009 a dit…

you complete me!

BODARD a dit…

N'as-tu point modifié quelque peu "l'environnement" de ton blog, je le trouve différent ?

Larkéo a dit…

J'aime toujours ce que tu fais et là, la Charlotte me rempli(ng) d'aise et de contentement. Tout est dit dans cette caricature, rien à ajouter, c'est fascinant. Sa bouche est prête à donner un baiser et ses yeux à vous tuer, ses cheveux si caressants adoucissent l'anguleux du visage. Ah c'est trop bien, tiens !

Thierry a dit…

Damion > Thanks a lot, Damion. It's a great pleasure to read your comment here.

Bodard > Il l'est, en effet. La peinture est fraîche ; il est possible que ça change encore.

Larkéo > A lire ton commentaire enthousiaste, j'en viens à regretter de n'avoir dessiné que la tête.

Lunaba a dit…

son regard m'a toujours déstabilisée... perçant et froid.
Distante et si proche à la fois :)