lundi 6 septembre 2010

Arletty (part. II)

ArlettyEn deux mots, se faire une nouvelle étude vite bricolée, histoire d'ouvrir d'autres pistes. Cela l'ôte-t-elle d'une horde de questions qui se posent ? Peut-être pas, mais c'est un nouveau point de départ.

Arletty - Stylo bille sur papier
Arletty - Ballpoint pen on paper

9 commentaires:

FreZ a dit…

Ouvrir d'autres pistes ? Voilà qui va plaire au montagnard qui sommeille en chacun de nous... :)

Jean-Marc Borot a dit…

Au départ d'une nouvelle piste, parfois, il ne faut pas se poser de question, mais se lancer à fond.
Ce profil, digne de la piste Oreiller-Killy, me séduit.
Les repérages me semblent très bons.

(et la vérification des caractères pour valider le message , "prousit", indiquent que tu vas boire tous les obstacles tel un furieux descendeur)

Thierry a dit…

FreZ > La voie est belle, mais la pente est raide.

Jean-Marc > A fond sur la piste Oreiller-Killy n'est pas vraiment ski me conviendrait le mieux, mais ce nouveau départ m'a permis, en effet, de repérer quelques points d'accroche intéressants.
Danke lieb Jean-Marc und prousit (qui n'est pas un gros mot) à toi aussi !

Larkéo a dit…

Épatante l'Arletty !

Denis a dit…

J'adore tes études "vite bricolées"... le trait est vif et dynamique, les hachures indiquent vraiment bien les ombres et le regard est très expressif...

Guillaume Néel a dit…

Cette piste a fait gagné le visage d'Arletty en dynamisme malgré son apparente moue contemplative.
Comme souvent chez les grand(e)s comédien(ne)s, nouveau profil, nouveau rôle, nouvelle voie à la caricature ouverte.
Tu es un sacré pisteur Thierry.

Maëster a dit…

Je ne venais que pour une visite de courtoisie, mais je l'avoue, le visiteur dut seoir devant l'énergie du trait.

J'aime bien quand tu laisses en fond du pas radié.

Emma a dit…

Différente, oui , et pourtant la même. Vous allez rire , mais , j'ai l'impression que vous êtes en train de la deshabiller.

Thierry a dit…

Larkéo > J'aime bien cette comédienne aussi.

Denis > L'expression du regard, chez Arletty, est finalement assez facile à restituer. Quant à la structure du dessin, elle a un peu disparu derrière les hachures, mais c'est finalement la partie la plus difficile à mettre au point.

Guillaume > Je te remercie d'avoir noté cette recherche sur les tensions du visage qui sont plus évidentes ici que dans le dessin précédent. Le visage d'Arletty a quelque chose d'acéré en partie haute, tendu entre la pointe du nez et le chignon de la coiffure, et de plus massif en partie basse. Mais, ce n'est là qu'un début...

Maëster > Cette visite de courtoisie si tôt le matin (hélas si tard pour toi, je présume) me touche beaucoup.

Emma > Je n'irai probablement pas jusque , quelque soit La chaleur du sein. Cela dit, c'était un beau brin de femme.