samedi 14 avril 2012

Gustave Flaubert

Flaubert, Coup de foudre à Marseille Claude Camous, historien, conférencier, dramaturge, critique de théâtre et biographe, m'a fait l'honneur d'inviter ce dessin à occuper la place du frontispice de son livre Flaubert, Coup de foudre à Marseille.

Bien avant qu'il ne devienne l'immense Flaubert, la vie amoureuse du jeune et fougueux Gustave a été marquée par sa rencontre avec Eulalie Foucaud de Langlade. L'ardente Marseillaise (dans son salon beau ?) lui a même inspiré quelques unes de ses héroïnes romanesques.

Nul ne sait combien de gifles un amoureux pressé peut recevoir au cours de son apprentissage, mais est-il vrai, pour autant, qu'on ne l'éduque que si on sent des mandales ?

"Flaubert, Coup de foudre à Marseille" de Claude Camous
Autres Temps Éditions - ISBN 978-2-84521-434-7

10 commentaires:

♥AMBre a dit…

Je m'en réjouis pour toi, cher Thierry, ton dessin méritait d'être à l'honneur.
Bises

guillaume néel a dit…

Félicitations Thierry !!!
Il était à ne pas douter qu'il ne passerait pas inaperçu...
À quand le tome 1 des aventures sentimentales du jeune et fougueux Thierry C. ?? ;)

Tony Lewis a dit…

Fantastic Thierry ,you've captured him perfect.

Achde a dit…

honneur plus que justifié cher maître !

Dame du phare a dit…

Bravo pour cette belle invitation. Tu as su exprimer l'essence même de notre sacré Gustave. Entre nous je n'aurais pas aimé l'embrasser sur la bouche (la moustache trop cirée, trop raide)

Thierry a dit…

AMBre > En fait, je croise aujourd'hui les doigts pour que ce dessin ne nuise pas au succès du livre.

Guillaume > Je ne vois vraiment pas qui cela peut bien être. Tu parles sans doute de temps anciens...

Tony > Thank you very much, my friend.

Achdé > C'est très aimable à vous. Cela dit, on est encore bien loin d'en parler dans les salons et sur le boulevard Abbé Cuchet de Noyarey.

Dame du phare > ...et chère Larkéo qu'il est toujours agréable de croiser ici, ton commentaire me touche beaucoup. Quant à embrasser Flaubert ou pas, il se trouve que, jeune homme, il rencontrait un certain succès au près de la gente féminine. Quoi qu'il soit, je n'aurais pas essayé non plus.

Chantal a dit…

Cet auteur prouve qu'il a du goût(pas que pour les écrivains,mais pour choisir ses illustrateurs,aussi!! ;-)

cali rezo a dit…

oué, c'est cool, je suis bien contente pour toi (:

galien a dit…

Bel honneur pour un bien bel hommage.
Il faut dire qu'un tel regard ne peut laisser impassible, et c'est un merveilleux alibi pour donner envie d'acheter l'ouvrage !

Thierry a dit…

Chantal > J'ignore si Claude Camous a déjà fait appel à d'autres illustrateurs lors de la préparation de ses précédents ouvrages, toutefois j'ai été très touché de cette attention.

Cali > Merci, chère Cali. Cela reste une petite contribution, mais ô combien rassurante.

Galien > Le talent de Claude Camous se suffit à lui-même ; le propos de son livre et la stature de Flaubert sont certainement les meilleurs arguments qui soient pour en suciter l'achat. Mon dessin n'ajoute rien à tout cela, quand bien même je mesure l'honneur qui m'a été fait de pouvoir participer un peu à ce projet.