dimanche 31 octobre 2010

Errol Flynn

Errol FlynnCe visage-là, avec un tel nez et pareil menton (les avants durs) d'heureux bien debout, a gagné : ve m'y caffe encore les dents.

Errol Flynn - Crayon et stylo bille sur papier
Errol Flynn - Pencil and ballpoint ball on paper


Voir aussi ce qu'en ont fait les orfèvres Charles Da Costa, et Maëster.

10 commentaires:

Charles DA COSTA a dit…

Magnifique et (cap)tivant !!!!

C'est Errol Flynn que j'aime, le Robin des bois de mon enfance...qui est gravé dans ma mémoire,merci cher Thierry et bravo !!!!

Guillaume Néel a dit…

Ça invite à l'aventure.
Un acteur mythique dans l'Errol de sa vie avec une grâce comme tu sais si bien nous les servir à l'aide de ton stylo bille à pointe Flynn

Denis a dit…

J'aime bien ce traité avec ces hachures qui rendent parfaitement les volumes et les ombres, cela me rappelle un peu les anciennes gravures mais avec un style bien plus moderne.

Francky a dit…

Flynnement bien joué !

BODARD a dit…

Comme pour ta création précédente, ces hachures me séduisent l'oeil, on ressent le travail sur le papier, je suis admiratif. Je suis resté plusieurs minutes devant ta caricature (comme pour les autres, d'ailleurs...), et j'aime beaucoup, dans celle-ci, les ombres poussées sur le cou et le col, ainsi que ce profil au style géométrique que tu maîrises tant, et à mon sens de plus en plus.

FreZ a dit…

Cet air curieux, voire passionné... Moi aussi, petit, je regardais ainsi sous les jupes des dames. Il était si petit que ça, Errol ? :D

Préserve tes dents, tu en as besoin pour croquer tous ces visages :)

galien a dit…

Ah oui, c'est du grand art, quel trait racé, quelle finesse... Bravo, ce Flynn est celui que l'on a tous aimé, et c'est une grande réussite !

Lunaba a dit…

un charmeur cambrioleur, le prince de mon enfance :)

Lunaba a dit…

détrousseur de grands chemins et de jupons ;)

Thierry a dit…

Charles > D'aussi loin que je me souvienne, c'est le film qui m'a fait découvrir Errol Flynn. Mais tu n'imagines pas la quantité de croquis ratés (de face ou trois quarts) avant d'obtenir ce profil ressemblant à un début de quelque chose. Aussi, quand je vois les versions que tu as mises en ligne, je reste coi, quoi !

Guillaume > Un stylo bille à pointe Flynn... Dans ce compliment se dissimule un bel appât dont il faut savoir faire bon usage car, sinon, l'appât te rouille dès l'aube et on se retrouve dans l'impossibilité d'avancer pour le reste de la journée. Merci beaucoup, l'ami.

Denis > Il est probable, en effet, que les hachures seront plus visibles à l'avenir. Je fais des essais en ce sens.

Francky > Je ne voudrais pas faire de mes réponses l'encart à vannes héroïques, mais je formulerais volontiers la même chose qu'à Guillaume. Merci beaucoup, cher Francky.

Bodard > En fait, le travail des hachures est ici le même que dans les autres dessins réalisés au stylo. Tout n'est qu'une question d'échelle de représentation, laquelle me trotte dans la tête depuis quelques semaines déjà. Or, si rendre les hachures visibles ne me déplaît pas, encore faut-il qu'elles soient propres et nettes, ce qui n'est pas gagné. En effet, c'est là que ça se corse, comme disait Tino Rossi, car je ne suis pas encore arrivé à déterminer le bon rapport d'échelle entre format de dessin et taille des hachures. Ça viendra surement avec le temps.
Quant à la géométrisation, c'est bien une piste qui m'intéresse actuellement à la condition (que je me suis fixée) de ne pas perdre la notion de volume en cours de route.
Merci pour ton commentaire qui m'a beaucoup touché.

FreZ > Héhé ! Si ce n'est pas sous les jupes qu'il regarde, peut-être s'aperçoit-il qu'il y a du monde au balcon.

Galien > Merci, cher Galien. Je suis ravi que ça te plaise.

Lunaba > A propos de jupons, tu as raison. Ce qui prouve que Robin n'était donc pas de bois.