mardi 19 avril 2011

Jayne Mansfield

Ah, la belle onde d'émoi qui me traverse lorsque mes yeux plongent dans... euh... les siens !

Jayne Mansfield - Stylo-bille et crayon sur papier
Jayne Mansfield - Ballpoint pen and pencil on paper


De son côté, Maëster a, si j'ose dire, brillamment rebondi sur le sujet.

Last but not least, l'épatante et inspirante Maly Siri m'a fait l'honneur et l'immense plaisir d'une invitation à participer à Pin-up l'Exposition qui aura lieu du 28 avril au 12 mai prochains*, et dont elle est la talentueuse ambassadrice. Jayne Mansfield est donc allée rejoindre ses amies de papier imaginées par près de quatre-vingts artistes déchaînés.


(*) La Gallery Paris, 14 rue Charles V, 75004 Paris (métro Saint Paul).

16 commentaires:

ideo a dit…

Toujours cette justesse dans la réalisation !

AMBre a dit…

Aïe, aïe... c'est magnifique, Thierry !

galien a dit…

On peut dire que ça a de l'impact !
Impossible de rester insensible face à une telle beauté... Celle du sujet comme celle du dessin en lui-même...

BODARD a dit…

Techniquement parfaite, cette caricature me touche à plusieurs niveaux. Tu as tout d'abord évité le côté "facile" de la caricature, l'exagération gratuite et dénu(d)ée de se(i)ns. L'exagération est ici maîtrisée sans ridiculiser le modèle, on ressent même un vrai respect. Ensuite le plan en légère plongée, toujours difficile pour les proportions. Et enfin la ressemblance, on ne peut la confondre avec Marylin Monroe alors que les points communs sont nombreux. Bravo, donc, Thierry. Ton respect pour l'artisanat de la caricature, semaine aprés semaine, force mon admiration.

FreZ a dit…

Woutch !!!...




(attends, je trouverai bien quelque chose de plus intelligent à dire)
(je reviendrai...)

Francky a dit…

Aïe, aïe, aïe, l'attitude, le déhanché, l'angle de vue, et le noir du coup qui fait ressortir le visage quand le regard aurait tendance à s'attarder ailleurs... belle maitrise et encore une belle leçon de dessin. Merci Maîître et le tout en évitant Monroe, chapeau bas l'artiste.

Guillaume Néel a dit…

Bravo Thierry.
Ton sens des volumes, des profondeurs et des courbes est tout simplement remarquable.
Ton travail sur la hanche est d'un effet incroyable.

On dit que les émeutiers n'ont aucun dessein, mais avec ton dessin on pourrait avoir une émeute.

john a dit…

WOW......

Francky a dit…

Mise à jour > C'est dans ces moments que l'on voit la qualité du dessin, quand il supporte l'effet miroir. Double bravo donc !

Grand a dit…

Double baffe.
En v'là une autre où je m'dis qu'après ça y'a plus rien à faire...juste admirer.
Bravo Thierry, et tant pis pour moi.

charlieM a dit…

WhOooooOOOO.
Magnifique! M'etonnes pas que tu fasses cetete xposition et pour cela, mon ami, je t'envoie toutes mes felicitations! C'est formidable! :)
Bisous a toi!

lorenzzo a dit…

Du grand ART. Absolument superbe sur tous les points.

charles Da Costa a dit…

j'irais revoir encore et encore "la blonde et moi" même si j'ai tord.je ne m'en lasse pas !!!
Merci mon ami tu es grand.

Faboun'e a dit…

J'adore.. encore.. Trés trés bon... un stylo , une feuille et hop... Bravo.

Thierry a dit…

Ideo > Merci beaucoup, talentueux auteur.

AMBre > Aïe, aïe ? Tu crois qu'elle pique les yeux ?

Galien > Jayne Mansfield a des courbes inspirantes, même pour un explorateur de la géométrisation et de la ligne tendue.

Bodard > Bravo pour le jeu de mots et le jonglage de lettres dénu(d)ée de se(i)ns qui me plaisent bien. Pour ce qui concerne la ressemblance, il est possible de faire beaucoup mieux (Maëster cité dans mon billet ne s'y est pas trompé), c'est pourquoi j'espère avoir l'occasion de revenir un jour vers ce visage. Mais, en effet, Marylin Monroe n'aurait pas apprécié qu'on pût la confondre avec Jayne Mansfield, cette dernière ayant tout de même été fabriquée pour permettre aux producteurs de surfer sur la mode des ravissantes idiotes blondes platine dont certaines comédies de cette époque-là étaient friandes, et auxquelles Marylin refusait de participer.
Quant au respect envers les modèles, que je te remercie d'avoir souligné, j'espère en effet qu'il durera.

FreZ > À l'instar de Jayne Mansfield, je m'en voudrais que ce dessin te fasse perdre la tête...

Francky > Aïe, aïe, aïe toi aussi ? Si ma Mansfield pique les yeux à ce point, j'espère que ce n'est que de curiosité.
Entre la première publication de ce billet, et sa dernière mise à jour, il s'est passé bien des choses inattendues pour moi.
Merci de ta bienveillance, cher Francky.
PS : le titre de Maître ne convient qu'à Maëster et à Mulatier.

Guillaume > La caricature du corps me paraît aussi importante que celle du visage, le traitement des proportions n'étant pas moins exigeant dans ce cas-là, mais je consacre hélas trop peu de temps à l'expérimenter. Encore faut-il aussi que l'occasion se présente. Dans le cas de Jayne Mansfied c'était justifié, la réputation de l'actrice ne tenant pas qu'à son seul sourire ou à son regard de velours.

John > Thanks!

Grand > Baffe en tout point égale aux tiennes, j'espère.

CharlieM > J'ai toujours apprécié les expériences de création collective (sans doute l'effet de l'émission Tac au tac de mon enfance). Malgré cela, je n'aurais pas imaginé que mon tout petit croquis accroché au milieu d'œuvres d'illustres auteurs puisse me procurer un tel plaisir. Merci.

Lorezzo > Merci beaucoup.

Charles > Il n'y a pas de mal à se faire du bien, mon ami. Je te suggère aussi Le cambrioleur (The Burglar, de Paul Wendkos, 1957) que j'ai vu il y a peu, et dans lequel Jayne Mansfield sort du registre convenu de la blonde potiche.

Faboun'e > Oui, l'aventure est au bout du crayon !

Chantal a dit…

J'adore et tes dessins et ton humour!!!!!