jeudi 8 mars 2012

Burt Lancaster

Burt LancasterCe matin-là, au petit déjeuner, Laura dévoila une bien jolie motte blonde à laquelle Wyatt Earp n'avait pas goûté depuis des lustres. N'y résistant plus, le marshall engloutit alors une demi-douzaine de toasts tartinés de ce beurre frais avec autant d'appétit que de gourmandise, sans toutefois parvenir à lui retrouver son goût initial.
- Ah !, mais ça c'est la crème de la crème, du beurre d'élan qu'à c't'heure on ne trouve pas souvent par ici, précisa Laura.

Burt Lancaster - Stylo-bille sur papier, couleurs numériques
Burt Lancaster - ballpoint pen on paper, digital colors


Voir aussi les versions de Maëster (ici, et ) et Charles Da Costa.

8 commentaires:

guillaume néel a dit…

Excellent Thierry, tu as bien rendu ce front si sourcilleux, ces petits yeux si pénétrants et cette mâchoire si prononcée.

Achde a dit…

cuilà, je l'aurai jamais. Tous les trois, vous y êtes arrivés je ne sais pas comment et surtout, chacun dans trois style et trois époque différentes. Chapeau bas Thierry, une fois de plus.

Msei BD a dit…

C'est toujours un délice de venir ici. Et si quelqu'un n'est pas d'accord y l'an qu'a s'taire sinon j'le Burt (OK c'est un peu nul comme jeu de mot mais le compliment est scincère)

FreZ a dit…

Avec une telle introduction, le texte aurait pu se diriger vers tout autre chose... Mais comment lui conserver alors un rapport avec le sujet du portrait ? Peut-être en dévoilant le côté passionnel, voire violent, de leur relation. Il aurait fallu décrire Laura, avide et offerte. Et on aurait vu Wyatt, brute, l'encastrer :)

galien a dit…

Belle hommage à sa très grande classe! !

Lunaba a dit…

une gueule bien croquée ;)

Grand a dit…

Bigre, un Burt taillé à la hache avec un bic...vraiment balèze!!

Thierry a dit…

Guillaume > As-tu remarqué sa joue ? On dirait qu'elle peine à exister. En tout cas, cette joue rame et pas l'autre.
On parle de la tête mais il ne faudrait pas négliger le corps. Celui de Lancaster était athlétique : pour autant qu'il soit agréable à dessiner, ne considérons pas trop vite qu'il serait facile à caricaturer puisque, sur l'échelle des difficultés, la tête c'est l'or mais le corps c'est rouge.

Achdé > Il faut reconnaître qu'il m'a donné beaucoup de mâle, celui-là, parce qu'habituellement je n'en fais pas assez. Quant à Charles et Maëster, ils sont encore loin devant avec leurs versions. Merci beaucoup, cher Achdé.

Msei BD > Et ce compliment me touche...

FreZ > Il est plaisant de glisser des ambiguïtés dans un texte comme de chercher à jouer avec les mots. C'est plus fort que moi, et sans doute très grave, docteur (Moreau ?).

Galien > Classe et élégance, en effet. En fait, il y a deux Burt Lancaster : l'un, avec son formidable sourire carnassier que j'aurais aimé dessiner ; l'autre, sérieux et fronçant les sourcils. En privilégiant ce dernier, doit-on admettre que le sérieux revient vite quand le gai part ?

Lunaba > D'autres suivront, je l'espère, car tant qu'il y aura des hommes...

Grand > C'est parce que le stylo habille, dit-on.